Quand on n'a plus de patience: 5 étapes pour reprendre le contrôle

Votre gros nerf est à vif? Votre limite presque atteinte? La goutte va bientôt déborder du vase et vous le sentez. On arrête tout, là, maintenant, avant de perdre patience et regretter notre excès de colère.


Que l’on soit enseignant ou parent, il est important d’écouter notre petite voix intérieure quand rien ne va plus et qu’on sent que la situation va dégénérer.  Que faire pour reprendre nos esprits et le contrôle? Certaines astuces m’ont secourue plus d’une fois que ce soit avec élèves ou avec mes enfants.



  1. Respirez profondément.
Je sais, ça semble simple, mais de prendre une bonne bouffée d’air en se fermant les yeux un bon 20 secondes remet les idées en place.  Je compte même de 1 à 10 et prends soin de compter de 10 à 1 par la suite.  Ces 20 secondes écoulées, je suis prête à passer au truc #2.


  1. Demandez un temps d’arrêt.
On arrête les discussions ou l’activité en cours. Time out! Physiquement, on demande aux élèves de retourner à leur pupitre.  À la maison, on propose à nos enfants de se retirer dans un coin ou une pièce de la maison.  Il faut que chacun ait de l'air!


  1.  Donnez-vous un moment.
On fixe un temps précis pour reprendre nos esprits. De combien de temps a-t-on besoin pour élaborer un plan B et réajuster notre tir? Souvent, quelques petites minutes feront amplement l’affaire.  

Nos attentes se doivent d’être claires :
« Je n’aime pas comment cela se déroule présentement. Pensez à ce qui ne va pas et à une solution pour y remédier en silence chacun de votre côté. Je vous donne… minutes.»

J’utilise parfois des objets pour minuter. Je vous partage mes préférés :


J’ai acheté un bibelot dans une boutique du dollar dans laquelle une huile colorée s’écoule tranquillement.  Tout en minutant, cet objet a réellement un effet calmant. Je l’ai souvent utilisé pour des élèves TDAH en classe et pour mon garçon à la maison.  Fabuleux comme truc!



http://labulledeslutins.canalblog.com/archives/2012/08/30/24997744.htmlÀ l'exemple de cette image , je me suis construit un minuteur maison à l’aide de brillants multicolores et d’eau.  On a qu’à tout mélanger dans un pot de verre dans lequel on aura ajouté préalablement des gouttes de glycérine (pour permettre la suspension plus longue des brillants dans le liquide). Voilà une façon originale de laisser passer le temps. Effet calmant garanti. Mon garçon me demandait parfois même de le brasser à nouveau pour continuer à observer les brillants virevolter dans le pot.



Le time timer est aussi efficace. En classe, je me suis munie d’une version visible par toute la classe avant d’avoir accès aux technologies. 


 Il en existe aussi des minuteurs en applications très efficaces comme le School task timer, Time timer, Time in, Sablier, …  Le simple chronomètre présent sur les mobiles peuvent évidemment suffire.



En classe, le TBI peut offrir une panoplie de chronomètres selon les logiciels utilisés (Notebook, Activinspire par exemple).


La minuterie du four à la maison m’a été d’un grand secours à quelques reprises!


  1. Verbalisez vos attentes et discutez calmement.
En ayant décompressé un peu, notre intervention se fera avec plus de diplomatie!  On saura employer les bons mots et surtout baisser notre ton de voix qui se serait voulu plus fort et vindicatif:  
« Je ne suis pas contente. J’avais demandé… Je n’aime pas quand vous… ».  
Il m’arrive même parfois de dire à mes élèves ou à mes enfants que je suis si en colère que je préfère me calmer encore les esprits avant de dire des mots qui dépasseraient ma pensée ou de donner de grosses punitions. Je leur dis que je leur reparlerai de cette situation dans un délai donné (après la récréation ou au retour du dîner par exemple en ce qui concerne mes élèves). Je leur sers ainsi aussi de modèle.  J’évoque ma colère, me donne le droit de la vivre, mais la gère bien, sans cris, ni menaces.

Me donner le temps de réagir est le plus beau moyen que j’ai trouvé pour ne jamais tomber dans les colères excessives ou les pertes de contrôle tant en classe qu’à la maison.  J’ai la sensation de toujours garder le contrôle malgré tout. Mes interventions sont respectueuses, mais très claires.  Mes conséquences, s’il y a lieu, sont justes et tempérées.  Le respect de mes élèves ou de mes enfants est ainsi préservé. Ça, ça vaut de l’or!


  1. Recommencez les étapes de 1 à 4 dès que nécessaire!
On stoppe tout quand cela ne nous convient pas. Inutile de se rendre à nouveau à notre limite que l’on connaît bien maintenant.  On se respecte en se donnant le temps de vivre notre colère et de bien réagir.





Arrêt, réflexion, clarification des attentes, et ce, jusqu’à ce qu’on obtienne le comportement attendu.  La constance paiera, je vous le promets!



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...