Zut! Pas un travail en équipe!

Fait vécu:  Moi, 9 ans, classe de 4e année, cours de maths.  

Vient le temps de former les équipes dans la classe.  La prof nous demande à tous de nous placer avec qui on veut pour réaliser une tâche mathématique.  Zut, pas un travail en équipe!  "Pourquoi on ne travaillerait pas individuellement?" que j'aie le goût de crier bien fort.  Mais du haut de mes 9 ans et ma gêne l'emportant, je me tais et me demande rapidement quelle stratégie opter:  je la joue hyper sociable en établissant un contact visuel avec quelques amies ou bien je laisse ma timidité l'emporter encore une fois et attends qu'une camarade (idéalement "une" parce que je ne voudrais pas qu'on pense que...bien vous savez...que ce soit un amoureux... Ce serait vraiment le comble... Trop gênant!) se manifeste et me choisisse moi, oui moi, comme si cette sélection désirée et volontaire m'apaiserait plus que tout:  on m'aime, on a voulu de moi.  

Encore ce moment terrifiant, surtout lorsqu'on se trouve dans un groupe impair.  Serais-je celle qui se retrouvera penaude, seule, avec le sentiment d'être rejetée ou, encore plus effrayant,  avec Pierre-Jean-Jacques, celui qui ne travaille pas très bien et me laissera sûrement faire tout le travail...  Faites que l'activité ne dure pas trop longtemps et que mes souffrances soient brèves...

Fin du fait vécu...


On est tous et toutes passés par là à un moment de notre vie lors de notre parcours scolaire.   Ça fait longtemps, mais je me rappelle toujours de ces moments de formation d'équipe comme étant un calvaire.  Pourtant, j'étais une petite fille sympa et travaillante, je vous l'assure!  Mais on le sait, le sentiment de rejet est difficile à gérer lorsqu'on est enfant et il laisse à coup sûr un goût amer.


Quand j'ai commencé à enseigner, je me suis donnée comme objectif de penser à des façons astucieuses de former mes équipes et surtout d'instaurer au sein de ma classe un climat collaboratif.  Une utopie?  Non, je crois en cette possibilité de faire de mon groupe une famille unie.  


INSTAURER UN CLIMAT COLLABORATIF

En début d'année, le premier contact avec mes élèves est le suivant: je m'asseois sur mon banc devant la classe, prends mon livre "Le petit Prince", ce classique indémodable d'Antoine de Saint-Exupéry, et fais la lecture d'un extrait à mes élèves en prenant bien soin de changer les voix des personnages pour les marquer doublement plus. Je veux rendre ce moment important et ne pas rater ma première impression! Il met en scène le petit Prince et le renard.  Je vous donne le lien vers ce chapitre qui, en résumé, explique que l'on doit s'apprivoiser avant de s'apprécier et de créer des liens.

Mon passage préféré:
"Bien sûr, dit le renard. Tu n'es encore pour moi qu'un petit garçon tout semblable à cent mille petits garçons. Et je n'ai pas besoin de toi. Et tu n'as pas besoin de moi non plus. Je ne suis pour toi qu'un renard semblable à cent mille renards. Mais, si tu m'apprivoises, nous aurons besoin l'un de l'autre. Tu seras pour moi unique au monde. Je serai pour toi unique au monde..."

Les élèves et moi, nous ne nous sommes pas choisis, mais nous devrons travailler tous ensemble pendant une année entière.  Nous devrons faire preuve de tolérance, d'acceptation des différences, d'empathie et d'entraide pour arriver à nous apprivoiser et à nous apprécier avec nos qualités et nos défauts, garçon ou fille, fort ou faible. Et si on en arrivait même à s'aimer...  Une magnifique allégorie que les élèves apprécient et comprennent facilement.





ÉTABLIR DES CONSIGNES CLAIRES DE MES ATTENTES

Ensuite, je leur explique que je me dois de travailler avec tous et chacun et qu'il en est de même avec mes collègues de travail.  Nous ne nous sommes pas choisis, mais devons apprendre à collaborer.   Il en sera pareillement dans ma classe: au cours de l'année scolaire, les élèves ne choisiront pas leurs équipes.  C'est moi qui le ferai en tout temps pour qu'ils apprennent à s'apprivoiser eux aussi.  Je sais, je sais...  Ça peut sembler drastique et vous devriez voir les yeux effarés de mes élèves  quand je prononce ces paroles!  La terreur est visible dans le regard de plusieurs, mais j'y vois aussi un soulagement dans celui de nombreux élèves.  "Enfin, je ne me retrouverai pas seul dans une situation malaisante... On sera tous dans le même bateau!" se disent plusieurs intérieurement.


Et vous savez quoi, la protestation est de courte durée.  Les élèves s'y font et j'ai même eu droit à de beaux moments.  Permettez-moi d'en citer un en particulier parce qu'il n'a fait que renforcer ma conviction que cette façon de procéder est la meilleure pour créer de futurs citoyens altruistes et capables de compromis.


Un jour, ma première de classe se retrouve avec mon élève TSA.  Possédant un leadership et une empathie exemplaire, je perçois malgré tout une déception clairement visible dans son visage à l'annonce des équipes.  Avec peu d'enthousiasme, elle entâme la tâche demandée.  À la fin de l'activité, elle s'approche de moi et me confie:  "Tu sais Joyce, au début de l'activité, je n'étais pas vraiment emballée de travailler avec lui.  Je croyais qu'il ne travaillait pas bien.  Mais tu sais quoi, j'ai appris qu'il était vraiment fort en maths et c'est lui qui m'a aidée très souvent finalement. Ça ne me dérangera pas de retravailler avec lui une prochaine fois"

Si vous saviez la joie et la fierté que j'aie éprouvées à ce moment.  Je l'ai souligné devant le groupe.  J'en avais des frissons!




FORMER LES ÉQUIPES 

Bien sûr, pour rendre le choix des équipes plus ludiques, j'ai quelques tours dans mon sac!  Il faut rendre ce moment amusant et presque attendu :)  L'important, c'est de toujours varier.  Je vous partage quelques trucs.


1-  Le sélectionneur de belles faces
Le logiciel Notebook permet de créer un document offrant une sélection soit d'images ou de noms (tapez random dans la zone de recherche d'activités).  J'insère une photo de chacun de mes élèves et peut ainsi former des équipes aléatoires.  C'est pratiquement comme une loto.  Les élèves adorent!  En plus, pas de chicane: c'est un ordinateur qui a choisi, pas le prof.  Une merveille!




2-  Bingo time!
J'ai un superbe boulier de bingo.  Les numéros insérés sont ceux des élèves.  Un élève tourne le boulier et nomme les nombres pigés pour former les équipes.  







3- L'horloge 
L'enseignante de ma fille a cette superbe idée qu'elle a mise en place en classe.  Je prends la peine de partager car je la trouve vraiment ingénieuse!   Une horloge en papier est offerte à chaque élève.  Les douze heures y sont inscrites.  Au début de l'année, les élèves circulent en classe et inscrivent le nom d'un camarade différent à chacune des heures.  Les consignes:  on ne peut écrire à deux reprises le prénom d'un ami et il faut avoir des garçons et des filles dans notre horloge.  Par la suite, l'élève garde en sa possession son horloge et l'enseignante fixera de temps à autre des rendez-vous.  Par exemple, une rencontre est demandée à 14h.  Les élèves regardent leur horloge et se mettent en équipe avec le camarade qui est inscrit à ce moment dans l'horaire.  Une belle activité brise-glace en plus!



4-  Application pour tablettes et téléphones cellulaires
Rapidement au bout des doigts, on peut sélectionner des équipes peu importe où l'on se trouve.  J'ai trouvé cette application vraiment pratique lors des sorties et des jeux extérieurs.
Random selector pro



5-  Les bâtonnets
J'ai un pot en permanence sur mon bureau avec des bâtonnets de popsicles colorés et numérotés.  On peut aisément piger un numéro d'élève en cas de besoin et former des équipes, mais c'est aussi une façon simple lorsque l'on a une suppléante en classe pour qu'elle puisse poursuivre notre fonctionnement en notre absence.



6- Le casse-tête
On plastifie des casse-têtes à deux morceaux seulement.  On fait piger les élèves et on leur demande de retrouver celui qui possède l'autre morceau pour compléter la paire.




7- Les familles d'animaux
Cette façon de faire est rigolote!  Dans un sac, j'ai préalablement inscrit des noms d'animaux (mâle et femelle ou bien mâle,femelle et bébé si on veut des équipes de trois par exemple).  Les élèves pigent un nom.  À mon signal, ils doivent faire le cri de l'animal qui se trouve sur leur papier afin de retrouver leur partenaire de travail.  Vraiment drôle!




RÉFLÉCHIR SUR LE TRAVAIL D'ÉQUIPE


Le travail d'équipe, c'est quoi?  Être assis à côté d'une autre personne pour accomplir un travail? Contrairement à ce que pense la majorité des enfants, ce n'est pas cela. C'est partager, encourager, se questionner, s'entraider.  Et pour arriver à un travail aussi complet, cela prend de l'entrainement et surtout du soutien de l'enseignant.  À la fin de chaque période de travail, il n'est pas seulement bon, mais nécessaire de s'auto-évaluer .  Et je ne parle pas uniquement du travail exécuté, mais surtout du rôle de coéquipier que l'on a exercé.    

Comme enseignant, plusieurs actions doivent être posées avant, pendant et après le temps de travail.

Avant le début de la tâche, on oriente.   Comment vous êtes-vous divisé la tâche?  Qui prendra les réponses en note?  Avez-vous les outils pour réaliser le travail demandé?

Durant la tâche, on s'assure qu'un vrai travail d'équipe est en cours.  Allez-vous au même rythme tous les deux?  Êtes-vous en train de travailler sur le même numéro?  Le travail vous semble-t-il divisé de façon équitable?  Avez-vous réussi à verbaliser et partager vos idées avec vos coéquipiers?  

On commente après la période de travail.  On félicite, on fait ressortir les forces de nos élèves et on oriente vers des pistes d'amélioration.  As-tu pensé à encourager ton équipier? Je suis fière de toi, car tu t'es montré patient et aidant.   Que pourriez-vous faire la prochaine fois pour être plus efficaces et pour être de meilleurs coéquipiers?


Il est possible de donner des rôles bien distincts à nos élèves du genre secrétaire, gardien du temps, gardien de la tâche et gardien de la parole.  Cela peut aider lorsque les équipes de travail sont plus grosses.  Pourquoi ne pas créer et afficher une liste des comportements  à adopter pour être un bon coéquipier?


J'aime aussi susciter la réflexion en visionnant des courts-métrages portant sur le travail d'équipe.  Je vous en partage quelques-uns.

Le mauvais et le bon travail d'équipe: deux capsules pour vous le prouver!



Quand on a un objectif commun, rien de mieux 
que la collaboration peu importe nos différences.


Rien de mieux que le travail d'équipe pour un plan d'attaque efficace :)



Une capsule plus longue, mais qui montre que même 
les animaux ont développé des stratégies collaboratives!



Alors, conseil d'une ancienne élève de 9 ans: pensez-y avant de former vos équipes cette année et rappelez-vous: 

Être ensemble est un début, rester ensemble est un progrès, travailler ensemble est un succès!

5 commentaires:

  1. Même à l'université je détestais le travail d'équipe. 😕

    RépondreEffacer
  2. Je me questionne sur "l'application" Notebook Random... C'est comme cela qu'elle s'appelle réellement? J'ai cherché avec l'outil de recherche et je n'ai rien trouvé. Est-ce que tu dois ajouter les photos à chaque fois ou tu peux l'enregistrer et elles sont toujours là? Ton article m'a beaucoup plu et je commence à mettre en place les équipes "aléatoires" dans ma classe. Merci de ta réponse!

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. De plus, tu peux préparer d'avance ton logiciel en glissant tes photos d'élèves en début d'année pour t'en servir durant toute l'année scolaire. J'ai toujours un document prêt pour les équipes et un autre pour la sélection individuelle d'élèves.

      Effacer
    2. Bonjour Cindy,
      Probablement que tu ne possèdes pas la ressource téléchargeable Lesson activity toolkit 2.0 dans lequel sont les fichiers random. Voici le lien pour le télécharger gratuitement:
      http://downloads.smarttech.com/software/lessonactivitytoolkit20/lat2_0_1fr2. zip

      Effacer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...